L'asset manager d'un monde qui change
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - TM Infrastructure 1440x300
  • Home
  • Dette infrastructure : les investisseurs mettent le cap sur les énergies renouvelables

Dette infrastructure : les investisseurs mettent le cap sur les énergies renouvelables

BNP Paribas Asset Management
 

DEUX NOUVELLES STRATEGIES DE DETTE PRIVEE AU SEIN DE BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT BNP Paribas Asset Management (BNPP AM) a lancé fin 2017 deux nouvelles stratégies de dette privée européenne sur la dette infrastructure et sur la dette immobilière. La stratégie de dette infrastructure investit dans des prêts seniors issus des secteurs du transport, des télécommunications, des énergies renouvelables et conventionnelles, des infrastructures sociales et de l’environnement. La stratégie de dette immobilière recouvre de son côté les prêts seniors dans l’immobilier commercial : bureaux, logistiques, commerces, hôtels, actifs d’exploitation et non-standards. Ces récents développements sont le prolongement de l’initiative lancée il y a un an par BNPP AM dans l’univers de la dette privée, avec notamment la création du pôle de gestion dette privée & actifs réels. Celui-ci suscite actuellement un intérêt significatif de la part des investisseurs à la recherche de rendement et de diversification de leur portefeuille. Ce pôle de gestion, placée sous le leadership de David Bouchoucha, compte plus de 50 professionnels de l’investissement et gère plus de 7,5 milliards d’euros d’actifs, à travers une vaste gamme de solutions d’investissement de dette privée qui intègrent pleinement des critères ESG1 à leurs processus de sélection. Cela permet aux investisseurs d’avoir un impact concret sur la société, avec notamment le financement de projets immobiliers ou d’infrastructures, tout en accédant à des opportunités de placement offrant un couple risque rendement optimum.

Que representent les infrastructures dans l’allocation d’actifs des investisseurs institutionnels ?

Pauline Fiastre, gérante de fonds senior en dette infrastructure: Aujourd’hui lorsque l’on s’interesse au sujet du rendement, on a tendance à ne le considerer qu’en valeur absolue alors que si l’on compare le couple rendement/risque de la dette et des actions, la dette reste intéressante : elle est moins volatile, moins risquée et apporte un rendement régulier dans le temps. Qui plus est, comme vous l’indiquiez, des sûretés sont prévues en cas de défaut. Le rendement offert est ainsi en lien avec le risque qui est plutôt faible. Ces actifs délivrent tout de même – grâce à la prime d’illiquidité – un supplément de rendement par rapport aux obligations notées de même catégorie compris entre 100 et 150 points de base.

 

Pourquoi privilegier le partenariat avec les banques ?

Pauline Fiastre : Le marché de la dette infrastructure reste très bancaire, les banques portant les trois quarts des financements
contre environ un quart pour les investisseurs institutionnels y compris les fonds de dette. Pour déployer le capital de nos  investisseurs et accéder aux meilleures opportunités, il nous faut donc être agile dans l’origination et travailler en partenariat avec des banques. Par ailleurs, il est important de noter que lorsque des banques interviennent, elles n’ont pas nécessairement les mêmes objectifs que les investisseurs institutionnels. Les premières acceptent facilement les remboursements anticipés, ce qui n’est pas forcément dans l’intérêt des investisseurs institutionnels qui veulent investir sur le long terme et obtenir des cash-flows réguliers.

Cependant, si l’on se limite aux opérations structurées uniquement à destination des investisseurs institutionnels ou des fonds de dette, on se prive d’une grande partie des opportunités de marché. Par ailleurs, l’afflux de liquidité de la part des institutionnels rend les marges et les conditions de ces opérations très compétitives. Dans ce contexte, accéder aux opérations structurées initialement à destination des banques nous permet d’accéder à un couple rendement/risque qui peut être plus intéressant.

En termes de délais d’investissement, nous avons été relativement rapides : notre équipe existe depuis un an, notre premier closing est intervenu en décembre et nous avons mis environ six mois pour construire un premier portefeuille de six opérations. Nous sommes actuellement en train d’engager un deuxième closing.

 

Cette publication est susceptible de contenir des termes techniques. Pour cette raison, elle est déconseillée aux lecteurs ne possédant pas d’expérience professionnelle dans le domaine de l’investissement financier.

1 Environnement, Social, Gouvernance

Sur le même sujet :