L’asset manager d’un monde qui change
stoly i fotele 1600x900+

Élaborer une allocation d’actifs stratégique dans le cadre de la directive Solvabilité II

Outlooks & Research

BNP Paribas Asset Management
 

-

La directive Solvabilité II de l’Union européenne, instaurée en 2016, a radicalement changé la donne pour les compagnies d’assurance, les obligeant à concilier différents objectifs liés à leurs parties prenantes, à la réglementation et à leur horizon temporel.

Contraints de concilier les principes introduits par la directive Solvabilité II et les règles comptables nationales, les assureurs doivent tenir compte du compromis entre risque économique et risque comptable dans leurs décisions d’allocation d’actifs.

En combinant trois dimensions d’allocation d’actifs, il leur est possible de relever les défis liés à l’horizon d’investissement. Premièrement, en adoptant une approche à long terme en matière d’allocation actifs stratégique, les assureurs peuvent mieux s’adapter à la nature à long terme de leur activité. Il est par ailleurs possible de profiter de points d’entrée attractifs en complétant l’approche à long terme par une allocation d’actifs stratégique à moyen terme. La gestion du risque contribue également à la protection du capital disponible à court terme.

Dans notre livre blanc intitulé, Determining a strategic asset allocation in a Solvency II framework, nous expliquons pourquoi il est essentiel de mettre en place un dispositif solide et flexible permettant de s’adapter aux paramètres du cadre Solvabilité II et à la situation de chaque assureur, et de déterminer les facteurs à prendre en compte lors de l’élaboration de ce dispositif.


Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication, sont basées sur les informations disponibles et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Chaque équipe de gestion de portefeuille peut avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent aussi bien diminuer qu’augmenter et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas leur mise de fonds initiale. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

L’investissement dans les marchés émergents, ou dans des secteurs spécialisés ou restreints, est susceptible d’être soumis à une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un degré élevé de concentration, d’une plus grande incertitude parce que moins d’informations sont disponibles, qu’il y a moins de liquidité ou en raison d’une plus grande sensibilité aux changements des conditions du marché (conditions sociales, politiques et économiques).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la majorité des marchés internationaux développés. C’est pourquoi les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis dans les marchés émergents peuvent présenter un risque plus important.