L’asset manager d’un monde qui change
Zz04ZWIzNzNlYzA2ZmExMWViOWE3YWU3ZTMxYjdiODBmYw==small

Les technologies de rupture à l’ère du COVID-19

Blog

BNP Paribas Asset Management
 

A l’échelle de l’économie mondiale, la pandémie de COVID-19 a entraîné une accélération très nette des tendances conduisant à des technologies de rupture. La très forte augmentation des valorisations des valeurs du secteur des technologies de l'information soulève des questions sur la durée du rebond en cours. Guy Davies, responsable du pôle de gestion fondamentale sur actions, nous explique pourquoi les choses pourraient être différentes, cette fois-ci.

La crise du COVID-19 a clairement fait office d’accélérateur des grandes thématiques de croissance à long terme, qu’il s’agisse de l’adoption des services informatiques du Cloud, de l’intelligence artificielle (IA) ou de l’automatisation, et rien ne semble vouloir freiner cette tendance.

Voici quelques exemples relatifs à cette tendance :

  1. L’adoption des solutions de cloud computing s’accélère et prend une place centrale dans notre vie quotidienne :
  • Souplesse des conditions de travail, capacité à accéder et à traiter les données de presque partout, tout en restant productif
  • Divertissement à la demande – nous pouvons désormais nous déplacer avec notre collection de films, de musique, de livres, de photographies, etc.
  • Et jusqu’aux services de soins et de prise en charge – par exemple, l’accès aux systèmes de santé ou aux consultations médicales en ligne.
  1. Autre domaine qui a connu une forte croissance, le commerce électronique et les paiements numériques, qui reflète la préférence marquée des consommateurs pour les achats en ligne et le désintérêt envers les espèces.
  2. Et une automatisation accrue – à la fois par des logiciels et des robots physiques, qui permettent de relocaliser la production face aux tensions sur les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Même si la progression des valeurs des secteurs qui ont largement profité des tendances liées au COVID-19 pourrait faire une pause, je pense que plusieurs facteurs de poids vont pérenniser la montée en puissance des services du Cloud, de l’IA et de l’automatisation.

Les moteurs fondamentaux des technologies de rupture

Les technologies de rupture ont plusieurs catalyseurs, comme l’innovation et la motivation, mais le principal reste la transformation digitale. Ce phénomène accroît l’efficience des processus et donne naissance à de tout nouveaux produits, services et modèles économiques.

Voici des exemples concrets de la capacité de la digitalisation à relever certains des défis mondiaux et à répondre aux grandes questions sociétales :

  1. Inégalité – accès aux connexions à haut débit, égalité accrue dans l’accès aux connaissances et à l’éducation, fourniture de soins de santé ou encore bien-être financier grâce à la banque en ligne.
  2. Le changement climatique et le besoin en énergies renouvelables – les énergies solaire et éolienne sont nécessaires pour alimenter les centres de données sous-tendant les services dématérialisés.
  3. Et pour revenir au point précédent, nous constatons actuellement un besoin évident de renforcer la capacité de nos systèmes de santé, ce à quoi peuvent contribuer la prise en charge médicale à domicile et la télémédecine.
  4. Le recours à l’intelligence artificielle et à l’analyse des données pour prévoir et gérer la propagation des maladies infectieuses se développe également rapidement et ces disciplines auront toute leur place dans le futur.

Les valorisations des valeurs technologiques

Les valorisations des valeurs technologiques sont élevées par rapport aux 10 dernières années, mais elles ne me semblent pas excessivement onéreuses sur une échelle de 20-25 ans. Autrement dit, les valorisations n’ont pas atteint les niveaux observés en 2000 pendant la bulle des valeurs technologiques.

Dans le secteur technologique, les valorisations des actions des éditeurs de logiciels semblent tendues, mais nous constatons des dispersions importantes, ce qui nous permet de continuer à identifier de bonnes opportunités d’investissement pour nos stratégies. Cela m’amène à l’observation suivante : la collocation « valeurs technologiques » est trop générale et nous devons plus que jamais nous concentrer sur le profil individuel de chaque entreprise.

Ce n’est pas une tendance généralisée à laquelle nous assistons. Il existe en effet des divergences et une fragmentation des prix, ce qui est créateur d’opportunités. Je peux citer certains titres qui semblent bon marché sur la base de la croissance des marges, des parts de marché et du marché net disponible. D’autres valeurs semblent plus onéreuses comme celles qui n’ont pas encore réalisées de bénéfices ou générées de flux de trésorerie, mais dont les valorisations sont déjà élevées.

C’est pourquoi je pense qu’il est nécessaire d’examiner les divers indicateurs (flux de trésorerie actualisés, cours/bénéfices, cours/CF, taux de croissance et ROIC/CFROI[1]) des entreprises – et surtout leur l’avantage concurrentiel (moat) et la viabilité de leurs taux de croissance et de la rentabilité de leur capital. Les leaders de chaque secteur possèdent généralement les meilleures technologies, mais ils ont aussi tendance à beaucoup réinvestir dans leur croissance future. Ce qui entraîne un cercle vertueux.

Un contexte très particulier…

Il est aussi très important de prendre le contexte en compte : dans un monde marqué par une croissance atone, des taux faibles et une inflation léthargique, comment faut-il valoriser ces leaders mondiaux ?

La crise du COVID-19 a déjà initié un nouveau cycle marqué par une croissance faible et des niveaux d’endettement élevés. Les États et les banques centrales des pays développés n’ont donc guère d’autre choix que de soutenir l’économie réelle en veillant à ce que les entreprises disposent des financements nécessaires.

Par conséquent, les entreprises devront mettre une partie de ces bénéfices futurs de côté pour rembourser leur dette. La faiblesse des taux d’intérêt pourrait sans doute permettre aux multiples de valorisation de rester élevés, même pendant un creux de cycle.

Dans ce contexte, seules les meilleures entreprises, positionnées sur les rares segments de croissance, allouant sainement leur capital et n’utilisant aucune pratique d’ingénierie financière pour gonfler leurs bénéfices, seront en mesure d’accompagner l’augmentation de leurs multiples de valorisation d’une forte croissance de leurs bénéfices.

Dans un monde où la croissance est globalement faible, c’est ce type de croissance qui perdurera.

Il sera désormais moins facile de créer de la valeur financière à partir de l’allocation d’actifs, comme cela a été le cas au cours des 30 dernières années de baisse continue des taux d’intérêt.

Je pense plutôt que la sélection des valeurs va revenir au premier plan dès lors que le cycle de baisse des taux d’intérêt prendra fin et que les écarts de performance entre les meilleures entreprises et les autres obligeront les investisseurs à se montrer très sélectifs.

Consultez aussi:

 


[1] Ils existent différentes méthodes d’évaluation des actions. Consultez: https://www.investopedia.com/articles/fundamental-analysis/11/choosing-valuation-methods.asp


 

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication, sont basées sur les informations disponibles et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Chaque équipe de gestion de portefeuille peut avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent aussi bien diminuer qu’augmenter et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas leur mise de fonds initiale. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

L’investissement dans les marchés émergents, ou dans des secteurs spécialisés ou restreints, est susceptible d’être soumis à une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un degré élevé de concentration, d’une plus grande incertitude parce que moins d’informations sont disponibles, qu’il y a moins de liquidité ou en raison d’une plus grande sensibilité aux changements des conditions du marché (conditions sociales, politiques et économiques).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la majorité des marchés internationaux développés. C’est pourquoi les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis dans les marchés émergents peuvent présenter un risque plus important.

 

Sur le même sujet :