L'asset manager d'un monde qui change
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - TM BCE 1440x300
  • Home
  • Que peut-on attendre de la BCE en juin ?

Que peut-on attendre de la BCE en juin ?

Vues et tendances globales

BNP Paribas Asset Management
 

La Banque centrale européenne (BCE) va continuer à faire évoluer, très graduellement, son programme d’achat de titres.

Rappelons qu’en mars, la BCE a abandonné son engagement explicite d’accroître le volume de ses achats d’obligations en cas d’affaiblissement de la croissance de la zone euro. Les investisseurs attentifs à la BCE étaient depuis longtemps arrivés à la conclusion qu’une augmentation du rythme ou un allongement important de la durée du programme d’achats d’actifs étaient peu plausibles (pour la simple raison qu’il ne reste pas assez d’obligations d’État de la zone euro à acquérir).

En mars également, la prévision d’inflation pour 2019 a été légèrement revue à la baisse (reflétant dans une large mesure des hypothèses différentes sur l’évolution des prix du pétrole).

Projections macroéconomiques des services de la BCE en mars (en %)

Projections macroéconomique des services de la BCE en mars (en %)

Note : (*) Estimations Eurostat (glissement annuel en %), (**) Projections établies par les service de l’Eurosystème. Source : BCE, BNP Paribas Asset Management, mars 2018

Depuis, le contexte économique est apparu un peu moins dynamique. Selon le compte rendu de la réunion d’avril, la BCE considère que l’incertitude entourant les perspectives de croissance a augmenté et qu’un affaiblissement plus prononcé de la demande ne peut pas être exclu, la modération de la croissance semblant généralisée à tous les pays et tous les secteurs. D’après les indicateurs, l’activité apparaît en effet en net ralentissement par rapport au rythme soutenu observé en 2017. La BCE souligne néanmoins que la croissance est encore robuste et elle ne devrait pas dévier de sa feuille de route : un arrêt des achats de titres devrait intervenir au 4e trimestre 2018.

Zone euro : croissance du PIB et enquêtes PMI

 

Source : Bloomberg Markit, BNP Paribas Asset Management, données au 12/06/2018

Inflation et commentaires

La formule du gouverneur de la Banque de France nous paraît bien résumer la situation : « le moment approche où nos achats nets d’actifs s’arrêteront – et que cela intervienne en septembre ou en décembre ne constitue pas une question profondément existentielle ».

Par ailleurs, l’inflation, tombée à 1,2 % en avril, s’est établie à 1,9 % en mai et l’inflation sous-jacente à 1,1 % (après 0,7 % en avril). Par rapport au début de l’année où l’inflation totale (qui donne lieu à des prévisions de la BCE) s’établissait à moins de 1,5 %, ce dernier point représente un retour bienvenu vers l’objectif.

Zone euro : inflation en glissement annuel (en%)

Source:  Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, données 12/06/2018

Peter Praet, membre du Comité exécutif de la BCE, a un peu « divulgâché » l’issue du Conseil des gouverneurs du 14 juin qui se tiendra à Riga : « les signaux montrant la convergence de l’inflation vers notre objectif s’améliorent et tant la vigueur sous-jacente de l’économie de la zone euro que le fait qu’une telle vigueur a un effet croissant sur la formation des salaires renforcent notre confiance dans le fait que l’inflation atteindra un niveau inférieur, mais proche, de 2 % à moyen terme. […] La dissipation des attentes par le marché de nouvelles augmentations importantes de notre programme ont été accompagnées d’anticipations d’inflation qui sont de plus en plus conformes à notre objectif ».

La fin du QE est proche

A ceux qui objecteraient « Mais l’Italie ?! », la BCE a répondu fin mai au moment des violentes tensions sur les taux italiens, en faisant savoir par « certaines sources » qu’elle ne voyait pas de raison d’intervenir à ce stade de ce qui s’apparente essentiellement à une crise politique.

Manifestement, la décision d’arrêter les achats de titres est prise. Il reste à l’annoncer. Gageons que Mario Draghi saura déployer tout son savoir-faire pour ne pas bousculer les investisseurs. Si la communication devait mal passer, le colloque annuel organisé par la BCE à Sintra pourra faire office de session de rattrapage. Le sujet de cette année ? Prix et fixation des salaires dans les économies développées.

La réunion de juin devrait marquer une étape importante sur la route de la normalisation. Cependant, il est impossible de dire ce qui se passera lorsque Mario Draghi aura quitté ses fonctions et que la BCE aura un nouveau président en novembre 2019. Dans ces conditions, il est très difficile de dire à quel rythme la BCE sortira de sa politique monétaire non conventionnelle et envisagera la remontée des taux directeurs.

Sur le même sujet :

BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Finance 1 1440x300
08 novembre 2019 1 min
Stratégie d'investissement
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Finance 1 1440x300
04 septembre 2019 2 min