L'asset manager d'un monde qui change
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Finance 3 1440x300
  • Home
  • Une boîte à outils pour l’investissement multi-actifs particulièrement utile sur des marchés diffici

Une boîte à outils pour l’investissement multi-actifs particulièrement utile sur des marchés diffici

Stratégie d’investissement

BNPP AM
 

Fondamentaux, dynamiques et techniques nous permettent de tirer profit des opportunités du marché

La semaine dernière, les marchés actions mondiaux ont connu l’une de leurs plus fortes corrections depuis le début de l’année. L’indice S&P 500 a chuté de près de 7 % depuis son pic, à l’unisson d’autres grands indices (Europe, Japon, marchés émergents). Bon nombre d’analystes et d’acteurs du marché ont tenté d’expliquer ces mouvements par différentes raisons liées aux fondamentaux. Ces derniers ont effectivement de l’importance, mais en règle générale, ils ne sont bien compris par les marchés qu’à postériori. Il est donc important de compléter l’analyse des fondamentaux par une étude des dynamiques de marché et une analyse technique, afin d’y repérer des signaux permettant de prendre des décisions d’investissement en temps opportun.

Fondamentaux : entre maturité de la reprise économique américaine et resserrement quantitatif

Les analystes ont raison de pointer des similitudes entre la correction d’octobre et celle de janvier-février. Toutes deux ont frappé les marchés actions sans crier gare, et se sont produites à la suite d’une période de faible volatilité, caractérisée par une remontée prolongée des rendements des bons du Trésor américain (graphique 1).

Graphique 1 : Comme en février, les actions américaines se sont brutalement repliées à la suite d’une remontée prolongée des rendements des bons du Trésor

graphique-1

Source : Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, au 18/10/2018

D’un point de vue fondamental, ces mouvements soudains sont essentiellement liés aux forces opposées à l’œuvre sur les marchés : d’une part la vigueur de la reprise économique américaine pourtant mature, et d’autre part le resserrement quantitatif opéré par la Fed, qui retire progressivement ses mesures de soutien après plusieurs années de politiques accommodantes non conventionnelles. Ce processus est compliqué par le lancement d’un vaste plan d’expansion budgétaire par le gouvernement américain à la fin de l’année dernière. La relance budgétaire renforce les pressions sur la demande, que la Fed doit contenir pour maintenir l’inflation à un niveau proche de son objectif. Autrement dit, les marchés prennent conscience du risque de surchauffe de l’économie américaine.

La plupart des observateurs ont bien appréhendé ces tensions, ainsi que d’autres risques notables pour les marchés, à l’image de la politique italienne, du ralentissement continu de l’économie chinoise et des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. En revanche, ils ont plus de mal à se figurer comment ces tensions sur les fondamentaux finissent par provoquer des ajustements si soudains sur les marchés des actifs risqués.

Analyses techniques et étude de la dynamique des marchés : des outils utiles pour les investisseurs

L’équipe Multi-actifs de MAQS (Multi Asset Quantitative Solutions) dispose d’une série d’indicateurs de « Dynamique des marchés » qui cherchent à appréhender ces déséquilibres afin d’exploiter les dislocations semblables à celle qui vient de survenir au niveau des actions. Ces indicateurs englobent entre autres des mesures du sentiment, de la volatilité, de la liquidité et des positionnements. Or, certains d’entre eux ont justement adressé d’importants signaux annonciateurs d’une possible correction.

Premièrement, en septembre, les indicateurs du sentiment des investisseurs à l’égard des actions américaines (« Investors’ Intelligence ») avaient atteint un niveau d’optimisme que nous considérons souvent comme le signe avant-coureur d’une tendance contraire (graphique 2). D’autres indicateurs ont mis en évidence une importante détérioration du sentiment, passé de haussier à baissier le 11 octobre (« indice de sentiment quotidien »). Ce mouvement a même été si prononcé qu’aujourd’hui, l’indicateur reflète un « pessimisme excessif ». D’autre part, selon l’Association américaine des investisseurs individuels (AAII), les positions en liquidités dans les portefeuilles ont augmenté régulièrement, après avoir atteint leur plus faible niveau depuis le pic des marchés en 2000.

Graphique 2 : Le sentiment haussier était fort en septembre, signe d’un possible excès d’optimisme

graphique-2

Source : Factset, BNP Paribas Asset Management, au 18/10/2018

Deuxièmement, le rebond des actions américaines est principalement tiré par le secteur des technologies de l’information, qui, depuis quelques mois, se dissocie d’autres indices cycliques tels que ceux des petites capitalisations ou du secteur des transports (graphique 3). Pourtant, certains signes indiquent aussi un rebond moins généralisé dans le secteur technologique : les performances des géants de l’informatique comme Netflix, Google, Facebook, Amazon, Apple et Microsoft affichent une plus grande dispersion depuis peu, et seuls Apple et Microsoft semblent avoir résisté à la correction.

Graphique 3 : La dispersion s’accroît sur le marché actions américain depuis quelques mois

graphique-3

Source : Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, au 18/10/2018

Troisièmement, comme en février, la correction s’est produite au moment où beaucoup d’entreprises du S&P 500 traversaient une période de « blackout », c’est-à-dire d’interdiction des rachats d’actions à l’approche de la saison de publication des résultats. De fait, d’après Morgan Stanley, la dernière correction du marché coïncide presque exactement avec le moment où le plus grand nombre d’entreprises étaient concernées par les interdictions de rachats d’actions.

Quatrièmement, même si la volatilité implicite (en particulier des actions américaines) s’est accentuée pendant la correction de janvier-février, elle se situait à nouveau à des niveaux historiquement faibles en septembre, sous la pression des stratégies de vente (positions courtes extrêmes sur des contrats à terme non commerciaux sur l’indice VIX d’après les rapports de la CFTC (Commodities Futures Trading Commission)). La volatilité implicite d’autres actifs, tels que les devises et les taux, demeure également proche de plus bas historiques malgré la menace d’un resserrement de la liquidité causé par les interventions de la Fed et d’autres grandes banques centrales (graphique 4). Comme nous l’avions souligné dans une analyse publiée dernièrement, « Blackout : attention au rebond de la volatilité, juillet 2018 », la réduction progressive des achats d’actifs des banques centrales et des rachats d’actions des entreprises devrait provoquer une hausse de la volatilité des actions, qui se maintiendra probablement à des niveaux moyens plus élevés à l’avenir.

Graphique 4 : La volatilité implicite reste très faible, malgré la menace du resserrement quantitatif

graphique 4

Source : Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, au 18/10/2018

Enfin, nous combinons ces indicateurs avec notre « Analyse technique dynamique », réalisée en interne. Celle-ci repose sur des outils d’analyse technique de pointe qui évaluent les probabilités de mouvements de marché importants.

Conséquences en termes d’allocation d’actifs

À l’aide de tous ces indicateurs et de notre analyse des fondamentaux, l’équipe Multi-actifs de MAQS avait bien identifié la confiance excessive et la vulnérabilité des marchés actions américains et mondiaux au mois de septembre. Par conséquent, nous avions réduit notre exposition au risque pour la porter à des niveaux très faibles au sein des portefeuilles multi-actifs, et avions adopté une approche plus tactique afin de réagir à ces signaux. Par exemple, nous avons ouvert début septembre une position courte sur le secteur informatique américain par rapport à l’indice actions du marché national, ce qui s’est révélé très efficace jusqu’à présent.

Ces indicateurs nous ont également aidés à définir le meilleur moment pour acheter lors de la baisse des cours. Plus spécifiquement, à la suite des premières fortes hausses des indicateurs d’aversion au risque, le jeudi 11 octobre, nous avons observé les premiers signes d’épuisement de ces mouvements et de « capitulation » à court terme, avec une augmentation sensible des volumes négociés.

Ces derniers jours, dans la mesure où nous estimons que l’économie américaine reste solide et favorable à une croissance robuste des bénéfices, ces signaux nous ont conduits à renforcer progressivement notre exposition au risque, en adoptant un positionnement long sur les actions des marchés développés.

Les marchés financiers sont pris entre des mouvements tectoniques liés au resserrement quantitatif des politiques monétaires et à la maturité du cycle haussier des actions américaines, à tel point que les notions d’ « appétit/aversion pour le risque » ne peuvent plus servir à prévoir l’évolution des actifs. Il devient donc indispensable pour nous d’évaluer à la fois les fondamentaux, la dynamique du marché et les cadres techniques, afin d’être prêts à profiter des opportunités qui se feront jour.

Sur le même sujet :

BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Finance 4 1440x300
08 mai 2019 1 min
Stratégie d’investissement
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Finance 4 1440x300
03 avril 2019 1 min
Stratégie d’investissement
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - TM Major markets 1440x300
02 avril 2019 2 min
Analyse de l'allocation d'actifs, Stratégie d’investissement